Gestion de la crise par Cocktalis

Xavier-Noel CULLMANNLes actualités RH du recrutement et de la transition de carrière

Pour compléter notre série sur la gestion de la crise sanitaire et du retour au travail post-confinement, nous vous proposons aujourd’hui l’interview de la DG de Cocktalis, réalisé par Fabien Brenner de Smart Partners.

Présentation de la société COCKTALIS

Créée en 2007, la société COCKTALIS est spécialisée dans la distribution de préparations pour cocktails long drinks à destination d‘une clientèle composée à la fois de réseaux franchiseurs et de Cafés-Hôtels-Restaurants. Le proposition de valeur consiste à mettre à disposition du client final un concept clef en mains regroupant :

  • Des préparations prêtes à l’emploi pour réaliser en quelques secondes l’un des dix huit cocktails de la gamme,
  • Des accessoires de bar (verres, shakers, décoration),
  • De la PLV personnalisée en fonction des ambiances et standing recherchés par le client.

A l’occasion de la crise du Covid-19, nous avons rencontré Meltem GOKTAS, Directrice Générale de la société. Témoignage et retour d’expérience sur une épreuve ayant provoqué l’arrêt complet d’une entreprise composé d’une centaine d’employés et de VRP mono-carte (105 ETP).

En quoi et comment la crise que nous vivons impacte et modifie la vision que vous portez en tant que dirigeant, et la communication que vous en faites au sein de votre entreprise ?

« La crise du Covid-19 est une expérience inédite pour l’entreprise COCKTALIS et pour moi. Habituée à un rythme de croissance de 10 à 12% l’an, notre activité est à l’arrêt complet depuis le 15 Mars 2020 : l’intégralité de notre fonds de commerce est fermée administrativement, depuis le décret d’urgence sanitaire. Nous allons perdre 50% de notre activité annuelle et sommes actuellement dans l’incertitude la plus totale quant à la réouverture des CHR. Cocktalis a toujours été une société très dynamique et en forte croissance, nous attendons aujourd’hui de constater les dégâts économiques à la levée complète de l’état d’urgence : mes équipes et moi-même devons ainsi préparer la réouverture de la société dans un stress permanent et quotidien.

Je n’ai jamais vécu cela.

Dans ces moments, la communication avec les collaborateurs est primordiale, étant donné que l’ensemble des salariés connaissent un « effet de sidération » à la fois brutal et inédit. Nous avons créé des groupes virtuels par métiers et/ou départements pour rester en lien, échanger et partager ensemble les vécus : l’objectif est de donner des perspectives à chacun, de communiquer sur la vie de la société et d’informer sur les démarches faîtes pour assurer dans de bonnes conditions la réouverture. Du côté clients, nous sommes restés en contact permanent grâce à une campagne de soutien digital et nous avons pris des mesures pour accompagner nos CHR (Pack avec masques, gels, possibilité de réaliser des affiches PLV personnalisées).

La pandémie Covid-19 cause et causera beaucoup de dégâts. Il faut savoir garder la tête froide, minimiser au maximum les dégâts, compter sur son personnel et motiver les équipes qui m’aideront à surmonter ce passage ».

Quelles sont les mesures prioritaires mises en place pour la reprise, dans votre entreprise, s’agissant de la Stratégie, l’Organisation, les Ressources Humaines, et les aspects plus Financiers ?

« Nous avons d’abord revu notre organisation de travail pour assurer une continuité de services : nous avons repensé plannings (Gestion du sous-emploi : maintien d’une personne par service et par jour), macro-zoning des bureaux (Transformation de l’open space) et règles de vie à l’intérieur de l’entreprise (masques, gels, désinfection des bureaux). Au-delà de ses aspects strictement matériels, il fallait surmonter un second front lié à l’arrêt total d’activité : comment accéder aux aides Covid-19, sans perspectives à offrir de réouverture de notre activité ?

Les dispositifs de chômage partiel ont été effectivement efficaces : ils nous permettent aujourd’hui de conserver l’intégralité de nos effectifs et leur maintien est primordial le temps du retour à la normalité. 

La mobilisation des Prêts Garantis par l’Etat (PGE) a été plus complexe et longue à mobiliser, dans des contextes de trésorerie exsangue et d’arrêt complet de notre modèle économique. Notre société s’est entourée de conseils – le cabinet alsacien Smart Partners – pour prendre en charge avec succès l’intégralité des négociations financières auprès de nos partenaires. Clairement, sans ces soutiens, notre société ne pourrait faire face à la gravité de la crise traversée.

Je suis consciente néanmoins que les mesures actuelles nous ont simplement fait passer le cap de la fermeture administrative de nos clients : la réouverture de nos clients entrainera d’autres difficultés, ses derniers ne pourront en effet reprendre à 100% de leurs capacités d’accueil.

J’attends ainsi le plan de relance et les mesures de soutien complémentaires du gouvernement pour retrouver davantage de sérénité au quotidien ».

Quel conseil ou retour d’expérience adressez-vous à d’autres dirigeants frappés par un arrêt brutal d’activité ?

« Cette crise va entrainer une profonde modification de notre business model :

  1. La nécessité d’élargir notre unique segment de clientèle et d’approcher une clientèle de grands comptes, très différente de notre coeur de métier focalisé sur l’accompagnement de petits commerçants (Cafés-Hôtels-Restaurants).
  2. La nécessité d’élargir notre gamme de produits et d’approcher d’autres secteurs d’activité, tels que la GMS.

Ces élèments sont autant d’opportunités à saisir et de défis supplémentaires à relever en pleine pandémie du Covid-19 !

Mon premier conseil à des dirigeants frappés par un arrêt total d’activité serait donc de repenser leurs sociétés, de se réinventer et de faire du Covid-19 une véritable opportunité de redéploiement pour leur entreprise. C’est un message d’optimisme que j’adresse à l’ensemble de mes pairs. En trois mots : Y croire, Se battre, Rebondir. 

La crise m’a montré également la solitude du dirigeant d’entreprise pour soutenir son personnel, évoquer les difficultés traversées, convaincre des partenaires de soutenir la refonte du modèle économique. Il faut savoir formuler des demandes d’accompagnement financiers complexes, comprendre le positionnement et convaincre des interlocuteurs très différents, tout en gardant en soi l’énergie et la force d’aller de l’avant. J’ai soutenu mon personnel et moi-même avait besoin de soutien.

Mon second conseil est de ne pas hésiter à s’entourer : j’ai eu la chance d’être accompagné sous l’angle stratégique et financier par par le cabinet de conseil Smart Partners, sans lequel je n’aurai pas ré-ouvert la société COCKTALIS. Il est également important d’avoir son expert comptable en soutien : j’ai côtoyé plusieurs cabinets, avant de trouver un vrai Dirigeant et Conseil qui m’accompagne sans faillir dans les bons moments, tout comme en plein Covid-19…. !

S’entourer de bons interlocuteurs, c’est effectivement primordial pour une saine gestion de société ».

Interview réalisé par Fabien Brenner de Smart Partners.