Témoignage de Michel Klingler sur l’impact du COVID 19

Xavier-Noel CULLMANNLes actualités RH du recrutement et de la transition de carrière

Interview-de-Michel-Klinger-Coronavirus

Avec le confinement imposé suite à la pandémie du Coronavirus « COVID 19 », nous vivons une période bien particulière qui est en train de révolutionner le monde du travail.

Michel Klingler, responsable du département Transition de Carrières et Conseils chez PROEVOLUTION, est un habitué des transformations, il nous a déjà fait part récemment, avant la crise que nous vivons, de ses conseils pour la conduite du changement. Aujourd’hui, il vous partage ce témoignage pour vous faire part de sa vision sur l’impact du changement que nous sommes en train de vivre, et son « après ». On vous laisse découvrir tout de suite ce témoignage :

Rien ne sera plus comme avant ?

Rien ne sera plus comme avant ? En tout cas beaucoup le disent, et l’espèrent en secret, la question que nous avons tous à l’esprit c’est « Est-ce que NOUS aurons la capacité à tirer les leçons de ce qui se joue en ce moment dans cette crise du Coronavirus ? » Nous, ce sont les gouvernants, les politiciens, les journalistes, les dirigeants, les salariés, les syndicats, Mr et Mme tout le monde …

Dialogue avec soi-même, systémique et philosophique

Avant de répondre à cette question, je me suis beaucoup interrogé sur ce qui NOUS arrive…. Et là je me suis souvenu de ces moments en novembre-décembre dernier.

Oui je me rappelle… Je suis coincé dans les embouteillages sur mon tronçon d’autoroute et je peste contre les grèves SNCF qui me font perdre allègrement 1 heure sur mon parcours du matin, et tout autant sur celui du soir, … Toute cette énergie dépensée avant même d’avoir « attaqué » ma journée, où je dois être ici maintenant conscient de soi et tout à l’autre … Oui je suis Coach

Alors pour essayer d’aller au-delà de cette « colère », je suis les conseils de mon patron, Marc : j’écoute de la musique classique et je mets en pratique des exercices de respiration ventrale, … Ça va mieux, quand tu mélanges Multisensorialité et Cohérence Cardiaque le résultat est plutôt pas-mal (je suis Coach … quand même c’est bien de le préconiser aux autres, mais il faut savoir se l’appliquer à soi-même) !
Bravo Michel, t’as réussi à « te remettre au calme » physiologiquement, et à « reconnecter ton cortex », tu sens une douce sérénité qui monte et qui chasse la colère, en vérité, elle ne la chasse pas, elle se met doucement assis à côté d’elle, sans lui voler sa place, juste pour revenir à l’équilibre émotionnel…

Et cette sérénité, me permet de sortir du mode automatique cérébral, et me remettre en mode adaptatif, celui qui favorise la réflexion… Et justement ta réflexion elle te dit quoi ? Une fois l’émotion « colère », acceptée, accueillie, entendue, et relayée par un peu plus de bien être, ta pensée va vers quoi ? … 

Et là aujourd’hui ça me revient comme une évidence, je me suis dit Stop, j’ai eu envie « que tout cela s’arrête, … Allez pêle-mèle, ce qui m’a traversé l’esprit … Dans quel monde on vit ? On y arrivera jamais… Stop à ce stress ambiant, qui est partout, Stop au Stress qu’on rajoute sur le Stress, par notre incapacité collective à avancer sur des projets sans forcément descendre dans la rue.. Stop à l’hypocrisie collective (oui encore) au service d’intérêts individuels, Stop aux positions de principes, parfois dogmatiques, parce qu’il faut être contre « la direction », ou « se méfier des syndicats »… Stop à cette logique du plus pour toujours plus… Stop à cette politique politicienne qui utilise les deniers publics et l’argent des citoyens pour satisfaire des egos personnels … Stop à ces infos radio ou télé qui amplifient les facteurs anxiogènes, allument des incendies, communiquent le négatif pour en faire des choux gras… (1e leçon en école de Journalisme, une bonne nouvelle n’est pas une nouvelle …). Je l’ai pensé tellement fort et finalement avec le recul ça doit faire plusieurs mois (année ?) que je le pense très fort …

Et là aujourd’hui ça me vient comme une évidence, « et si je n’étais pas le seul à crier cela très fort au fond de moi, cette colère silencieuse assourdissante, cette envie que tout s’arrête !!! ». Je vous invite VOUS qui me lisez à ce moment précis, à vous poser la même question, vous aussi vous avez peut-être voulu que quelque chose s’arrête… vous aviez aussi votre STOP ? Je vous invite à vous centrer sur vous, au plus profond de vous, essayer de (re)trouver cette obscurité contre laquelle vous pestez, quand bien même vous continuez de vous battre pour allumer des bougies… Ce que vous auriez aimé arrêter, votre STOP ! STOP à une situation professionnelle ou personnelle insupportable, à ces relations qui génèrent constamment de l’émotion négative et des larmes, ou cette maladie qui me ronge cette santé qui se dégrade… à ces objectifs toujours plus ambitieux ou on vous explique qu’il faut faire de la croissance sinon à quoi ça sert, à ce rythme effréné, ce train lancé à grande vitesse dans lequel je suis monté sans plus pouvoir en ressortir, à cette solitude collective, entouré de tant de gens, mais infiniment seul au fond de moi, à cette méfiance permanente de l’autre et de sa différence… Pardon pour cette longue liste qui semble ne plus finir, comme une litanie entonnée par les 7 Milliards d’êtres humains sur Terre et qui se termine par la même formule incantatoire… « QUE TOUT CELA S’ARRÊTE ! ».

Et si « at the end of the day », comme disent nos amis britanniques, nous avions été entendus… Et si toute cette énergie émotionnelle, intellectuelle et physique mobilisée par tant de personnes depuis tant d’années sur cette envie du STOP nous revenait comme un effet boomerang sous la forme de ce que nous vivons aujourd’hui, cette pandémie qui effectivement a tout arrêté, ou presque.

Mais comment Michel ? Qui aurait pu nous envoyer cette pandémie, toi aussi t’es un adepte du complot forme de paranoïa psychotique ? Que nenni !

Permettez-moi d’aller chercher une réponse dans une approche peut être plus spirituelle des événements, plus systémique des choses. En effet, nous faisons partie d’un TOUT, et la différence entre « un TAS, et un TOUT » (Marc Halevy Mulhouse 2018), c’est que le TOUT est construit sur ce qui nous lie, nos interactions. Ce qui passe dans le tuyau d’une personne à l’autre, d’un groupe à un autre…c’est cette énergie émotionnelle générée par chaque individu et qui influe sur l’autre, sur son groupe, sur son environnement…

Lorsque nous avions certifié nos équipes sur la cohérence cardiaque, l’une des questions fondamentales posée avec notre coach avait été « quelle énergie tu embarques quand tu fais quelque chose, c’est du E+ (émotion positive) ou du E- (émotion négative), même si je n’aime pas ce terme – toutes nos émotions ont une intention positive pour nous) » comme le lien entre la tête qui pense et les jambes qui agissent (en référence à mon livre « C’est qui ce Bob »)… Et cette énergie va influer sur le résultat obtenu….

Bon c’est cool merci Michel mais là t’enfonces une porte ouverte ! D’ailleurs les anciens ont depuis longtemps plusieurs formules pour cela « si tu sèmes du plus tu récoltes du plus… » « qui sème le vent récolte la tempête »…. Et bien justement, en complément dans une formation plus récente sur les Neurosciences nous avons rappelé l’existence des « neurones miroirs », élément fondamental qui explique de manière scientifique avec laquelle nous pouvons influencer l’autre dans notre émotion et nos comportements…

Ok donc je te vois venir …. Si je prends ce point et je le lie à des millions/milliards de personnes qui disent STOP, nous avons donc tous ensemble créer une formidable machine à influencer vers le STOP, c’est ça ? Mais du coup nous avons influencé qui ? Je pourrais comprendre le principe de l’influence (émotionnelle, neuronale…) d’une personne à l’autre, d’un groupe de personnes à un autre groupe… Mais là qui est impacté si on part du principe que tout le monde dit STOP.

Eh bien c’est notre TOUT ce que nous appelons nous le « SYSTÈME » qui nous entoure, dans lequel j’englobe bien évidemment l’Homme, mais également notre ÉCO-SYSTÈME : les arbres, les forêts, la pierre, les montagnes, les rivières, les océans… Cette énergie cette vie impalpable qui nous enrobe et qui nous écoute…. Et qui nous renvoie ce que nous les Hommes, nous semons au quotidien, rien n’est du au hasard (le Hasard c’est « Dieu qui voyage incognito » selon Einstein… c’est le SYSTÈME qui s’exprime)…

Nous avons tous dit STOP, nous l’avons, murmuré, crié haut et fort… nous l’avons espéré sans oser rien dire, et aujourd’hui tout s’arrête… Tout part de soi !

Retour à l'essentiel

Revenir pour l’Homme à l’Essentiel ?

Ici et maintenant saluons, encore une fois, cette formidable solidarité qui se met en place pour amener tout le support et les ressources nécessaires à nos soldats qui sont au front et combattent un ennemi invisible !

merci au personnel soignant

Nous avons tous un parent, un ami, un voisin qui avance sur le « théâtre des opérations » pour sauver des vies, au mépris du Corona, véritable sniper de notre guerre sanitaire (il y a deux cas de figure avec un sniper, le 1er cas c’est quand t’entends la balle siffler à tes oreilles…) Le danger est permanent et notre attention doit être concentrée sur le présent ! Ici et maintenant, maintenant et comment … Comment sommes-nous en train d’apprendre de ce qui se joue pour nous, individuellement et collectivement ? Quelles sont les leçons que nous tirons de cette crise, pour ceux dans le feu de l’action peut-être pas le temps de thématiser tout cela, mais tous les autres, nous qui sommes dans l’inaction militante (nous parlons de guerre), les lignes arrière, comment changeons-nous ou allons-nous changer nos façons de faire, nos façons d’être ?

L’homéostasie des systèmes nous apprend qu’un système vivant, – et notre SYSTÈME en est un – a pour tendance naturelle de refuser le changement et de revenir à son état normal… Les Neurosciences nous expliquent également que notre cerveau résiste physiologiquement à tout changement qui lui est proposé, dans un souci de « moindre consommation » de l’énergie dépensée… même si nous sommes d’accord avec ledit changement. Tu as décidé de prendre un chemin différent (créer de nouvelles connexions neuronales), tu montes dans ta voiture, tu mets la première, tu accélères et tu pars en arrière…

cerveau

Nous sommes donc confrontés à une double problématique, individuelle avec la résistance physiologique au changement, et la résistance collective au changement la fameuse homéostasie… Avec ce double « handicap » connu au départ, qu’est ce qui fait que nous ferons les choses différemment demain par rapport à hier, que nous ancrerons ces changements dans notre tréfond !

Sans vouloir amener de réponse toute faite ou forcément re-décliner notre approche de l’accompagnement du changement et des transformations, je vous invite à lire l’article de Yuval Noah Harari, « the world after coronavirus » qui a été très éclairant pour moi (merci Frédéric), qui pose de manière très lucide nos enjeux collectifs !

L’auteur pose très clairement les 2 choix que nous aurons à faire pour demain :

  1. Choisir entre un système de surveillance « totalitaire » ou « l’empowerment » des citoyens
  2. Choisir entre l’isolement de chaque nation, ou la solidarité globale et internationale

Je vous laisse lire ou relire cet article qui analyse bien ces enjeux : je veux mettre l’accent pour ce post sur le point 1 et rebondir sur deux facteurs essentiels pour l’Homme et notre société pour l’après COVID19 !

Premier facteur : la VISION COMMUNE partagée par tous les êtres humains et qui fera que chaque individu changera quelque chose dans ses rituels, ses comportements, ses façons de penser, où nous serons tous alignés sur le même POURQUOI ! « Je peux comprendre tous les comment, si je comprends le pourquoi » Antoine de St Exupery. C’est le premier facteur clés de succès de notre transformation pour l’après COVID. Ce sera véritablement le partage d’une vision sociétale commune, une vision simple, centrée sur l’essentiel, un essentiel partagé par tous !

Ensemble

« Nous n’héritons pas la terre de nos parents, nous empruntons celle de nos enfants », ce vieux proverbe des indiens d’Amérique, résume bien cet essentiel salutaire, que nous pourrions décliner sur trois registres :

  • La SANTÉ : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien, améliore ma santé, celle de mes pairs de mes enfants ? ET
  • L’EDUCATION : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien favorise et enrichit l’éducation de mes pairs de mes enfants ? ET
  • L’ENVIRONNEMENT : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien protège NOTRE environnement ?

Le deuxième facteur, est le liant qui va faire que cette vision commune et planétaire va réussir à se déployer. C’est la CONFIANCE en NOUS, non pas la confiance en SOI à titre individuel, mais la confiance que chacun d’entre nous aura en l’autre, en nos pairs, nos gouvernants dans la voie et les directives qu’ils nous donnent et de la même manière la confiance que nos gouvernants/responsables auront en notre capacité à appliquer ces directives à titre individuel, à agir de manière responsable et adulte.

confiance

C’est cette CONFIANCE qui permettra d’asseoir un juste équilibre entre le côté « totalitaire de la surveillance » et « la responsabilisation, l’empowerment de chaque individu ».

Accepter le management directif de nos dirigeants, qui devra être mis en place de manière fine (fine tuning), et donner un espace de liberté suffisamment grand pour permettre à chacun d’appliquer les règles conformément aux résultats attendus (redit autrement la question n’est pas « qui veut le changement ?», mais « qui veut changer ?»). Sur ce registre l’application des consignes de confinement a été une première belle expérience, et nous a déjà permis de progresser.

Cette CONFIANCE est clé pour la mise en œuvre de notre vision centrée sur l’essentiel, aussi, pour demain chacun pourra se poser cette 4e et dernière question… Dans tout ce que je réfléchis/émotionne/fais dans mon quotidien, en quoi cela renforce cette CONFIANCE collective ou sape cette CONFIANCE collective ?

Si je sape la CONFIANCE en nos gouvernants je peux basculer dans un trop plein d’expression individuelles, et basculer dans une forme de chaos (crise des gilets jaunes, des retraites…).

Si je sape la CONFIANCE dans les citoyens, je peux basculer dans la dictature de Big Brother, où tous nos faits et gestes seront monitorés à distance …

Revenir pour l’Entreprise à l’Essentiel ?

Et l’entreprise dans tout cela ? Si je reprends l’essentiel évoqué précédemment pour l’Homme et je le traduis en terme plus spécifiques pour l’Entreprise :

  • La SANTE : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien, améliore ma santé, celle de mes pairs de mes collaborateurs ? Sur ce point je pense en particulier à la gestion du STRESS.
  • L’EDUCATION : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien favorise et enrichit les compétences de mes pairs de mes collaborateurs ? Ici je pense notamment à la formation des compétences en place et au recrutement de nouvelles compétences clés
  • L’ENVIRONNEMENT : en quoi ce que je pense/émotionne/fais dans mon quotidien protège NOTRE environnement et renforce nos activités sur le registre RSE ?

Plaçons-nous dans le contexte de reprise des activités après COVID (estimée le 11 mai suite à l’allocution de notre président) : essayons de nous imaginer les problématiques auxquelles seront confrontées les entreprises de toutes tailles selon ce qui se sera passé avant pour elle, continuité de l’activité ou véritable redémarrage après une période d’activité partielle ou d’arrêt brutal ! Nous pouvons à ce stade identifier 3 scénarii,

  • 1er scénario – les entreprises qui ont un carnet de commande plein et qui continuent/redémarrent sur les chapeaux de roue,
  • 2e scénario : les entreprises où la reprise va être plutôt lente, du fait de « manque de contrats », ou tout simplement parce que la machine industrielle (appros-prod-livraison), doit se relancer sur la durée
  • 3e scénario : redémarrage en mode réduit/dégradé après un arrêt brutal des activités, ou pas de re démarrage du tout et cessation des activités. (pardon de l’écrire si brutalement)

Nous approfondirons ces 3 scénarii dans un prochain article qui sera une suite à ce premier post, et nous essaierons de détailler plus en avant le « comment les choses vont se dérouler » i.e. les situations à gérer, les besoins que cela va générer et les solutions qui devront être mise en place.

Pour l’heure et en synthèse, nous allons tenter de définir à quoi correspondent concrètement ces trois essentiels en prenant comme angle d’analyse la Stratégie, l’Organisation et les Ressources Humaines-et n’oublions pas la Finance (comme un moyen d’atteindre une nouvelle vision, non pas comme une finalité en soi), ce qui pourrait s’apparenter à un premier macro-plan d’action :

solutions post-covid

Exemple d’actions permettant de rester centré sur l’essentiel (liste non exhaustive…)

mise en application exemples post covid

Réussir son démarrage d’ »après-COVID » passera par une bonne gestion des étapes, first things first (ou en approche systémique « tout est au commencement »), la façon dont une entreprise va « enclencher son redémarrage dans le bon sens… ou pas ! ».

Une bonne gestion des étapes sera également l’occasion d’être vigilant à la communication embarquée dans les différentes étapes, à la clarté du message sur « où on va et pourquoi on y va ?», « ce que j’attends clairement de chaque salarié et de sa responsabilité », et du bon équilibre entre management directif et participatif.

Ce savant dosage devrait permettre d’instaurer ou de ré-instaurer la confiance entre les salariés et leur Direction, permettre de faire de ce moment si particulier que nous venons de vivre une formidable occasion de rapprocher les lignes, de remettre de l’huile dans les rouages de notre société et de nos entreprises dans une logique d’inter dépendance, ou comme pour la sécurité en entreprise, chacun pourra se dire « s’agissant de la SANTÉ, l’ÉDUCATION, l’ENVIRONNEMENT, nous sommes tous 200% responsable, 100% pour moi, 100% pour l’autre ! »

sante education environnement

Michel Klingler

Pour compléter ce témoignage, rendez-vous sur l’article suivant qui vous partage nos solutions pour préparer l’après-confinement.